• ESMOD

Une approche de l'éco-conception dès la 1ère année avec le sweatshirt éco-responsable



Dans leur apprentissage de la fabrication des pièces phares de notre vestiaire, les étudiants de 1ère année de tout le réseau ESMOD abordent le sweatshirt, une pièce incontournable, intemporelle, unisexe, casual, synonyme de confort qui a aussi ses propres codes (manches raglant, bords-côtes...).


Le programme impose une réalisation en monochrome, ceci afin de permettre d'en apprécier les détails de fabrication. Un travail soigné est donc impératif dans ces conditions. Depuis quelques années, ESMOD ajoute une autre contrainte dans ce travail et impose la réalisation d'un sweatshirt éco-responsable.





Qu'est-ce qu'un sweatshirt éco-reponsable ? C'est une produit dont l'attention portée au sourcing des matières ainsi qu'au processus de fabrication sont primordiaux. La réalisation de ce projet doit répondre au moins à l'un de ces critères :


- Tissus et/ou accessoires récupérés dans des fins de stocks

- Tissus et/ou accessoires prélevé d'un produits usagé (upcycling)

- Tissus et/ou accessoires en matière naturelle issue d'une production raisonnée (bio, Made in France...)

- Réalisation limitant les chutes et déchets (zero waste)


Cette contrainte, loin de constituer une limite, permet à nos étudiants de développer leur créativité et leur technicité afin de réaliser un produit dont l'impact écologique sera moindre. Récupérer du bords-côtes sur d'anciens vêtement, réaliser des créations matières incluant des matières revalorisées (plastique, neoprène...), faire des teintures naturelles... de nombreuses créations nous prouvent que l'imagination va de pair avec la conscience écologique.


Voici quelques exemples des sweat-shirts éco-responsables réalisés dans le réseau ESMOD France :


Antoine LANDAT


Cette création questionne l’éphémère, le défi, le cristallise. Nous tenterons donc d’approcher ce concept à travers la nature et plus particulièrement la flore. Cette dernière matérialise la course face au temps, face à la beauté. Je me suis donc inspiré de deux éléments. Premièrement, la nature elle-même, ce qui m’a amené à l’amaryllis. Deuxièmement, à partir d’une série de photagraphie, «Plastic Flowers», que j’avais réalisé sur la thématique de la flore sous le prisme actuel, c’est-à-dire, essentiellement polluée par l’homme.




Ma démarche traitant donc du rapport de l’homme face au temps, de cette notion de cristalliser l’éphémère, il était assez logique de reprendre un sweat existant. J’ai donc repris une ancienne pièce dans mon dressing, pour y incruster ma création de matière.

Une fois mon sweat choisi dans mon dressing, je suis venu récupérer d’anciennes trousses en plastiques transparentes afin de m’en servir pour emprisonner la flore. Seule la gabardine et le molleton (en incrustation) sont neufs, même si la gabardine provient de chutes de tissu. Enfin la flore a été achetée pour l’occasion. Bien évidemment, elle a d’abord servit de décoration florale chez moi pour être enfin récupérée, une fois fanée.



Caroline ZARELLA PARENTE

De nos jours la fast fashion contamine le monde, une consommation massive de vêtements avec une courte durée de vie devient habituelle. Nous devons trouver des solutions pour stopper ce phénomène. C’est pour cela que dans le cadre de mon projet sweatshirt j’ai donc décidée de suivre une démarche éco responsable :

pour cela j’ai réutilisé un vêtement de la seconde main afin de le réintroduire dans chaine de consommation et lui donner une nouvelle utilisation. Initialement mon produit été un pantalon que j’ai donc transformé afin d’obtenir un sweatshirt avec des matières complètement recyclées.




Johanne DEVERREWAERE

Ce sweat est monochrome noir, de longueur taille. La coupe est droite comme celles des manches.. Les manches sont longues et le bord-côte des poignets est surjeté avec un ourlet et cousu qu'à la moitié du poignet afin de pouvoir passer la main. Le col est un col montant que l'on peut rabattre. Et enfin ce sweat est fini par un ourlet double. Le plastron a été découpé dans un pull recyclé, puis recouvert de papiers transferts transparents craqués et surjetés sur l'encolure en V et les côtés.







Pour ce projet sweat, ma démarche principale a été l'upcycling. Pour la base du sweat j'ai ainsi récupéré un molleton issu de chutes d'usines Dior. Pour réaliser le plastron, le col et les poignets, j'ai ensuite recyclé deux pulls de chez moi. Et enfin le dernier objectif de ce projet était la durabilité du vêtement, c'est pourquoi ces deux pièces sont très modulables afin de s'en lasser moins rapidement.








Mathlide PITREL



Sweat-shirt, longueur grandes hanches, manches droites, Bords-côtes des poignets, de l’encolure et du bas du vêtement.


Un patchwork dessine le galbe d’une silhouette. Il est mis en valeur par un dégradé de orange à jaune. Des cerles brodés dessinent les seins. Le sweat est en molleton de chanvre et teint avec du curcuma.








Les atouts environnementaux :


La teinture végétale au curcuma : ne pollue pas les milieux aquatiques ; n’a aucun effet néfaste sur la santé ou la peau ; les restes végétaux sont biodégradables ; permet de créer des couleurs uniques.


Le chanvre : consomme peu d’eau (10 fois moins que le coton) ; la culture ne requiert pas l’utilisation de pesticides ; la production est locale ; la fibre ne subit pas de traitement chimique polluant.






Moreno BENAT


Les anges et les démons, ce n'est que la dualité des hommes. De la lumière à l'obscurité. Les hommes font des ravages inéluctables depuis la nuit des temps. L’égoïsme, la barbarie encombre leur être jusqu'à les transformer pour toujours. Une seule fois suffis pour faire sombrer leur proie dans un abattement étouffant. La violence d'un corps sur un autre, cette main attendrissante qui devient ton plus grand ennemi. Une lumière blafarde, un voile de fumée ne laissent distinguer la réalité du cauchemar. Voila...une femme de plus qui sombre dans une affliction éternelle, une plaie incurable. "La Piéta" perdu son enfant, la femme perd sa liberté, on lui vole sa virginité et tout cela fait juste parti de notre société. Il est temps d'y réfléchir ; à nous de changer ça! Ni l'homme est un monstre, ni femme est victime. L'art, la mode se doit de mettre en lumière tout ces problèmes qui ne concernent non seulement les victimes, non seulement les femmes, mais nous tous. Mon sweat en est le témoin.


Moreno explique sa démarche créative écologique :




Galerie de photos des créations ESMOD France




122 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout