• ESMOD

Du bon usage de la laine

Par Florence Ferrari

Sachons utiliser cette fibre exceptionnelle, indéniablement écologique, et aux propriétés parfois mal connues ou sous exploitées.


Concurrencée par les synthétiques depuis les années 60, la laine revient sur le devant de la scène. Plusieurs fois recyclable avant de se biodégrader, la laine est indéniablement écologique. Mais ce n’est pas tout. Autrefois, on la jugeait classique par rapport aux synthétiques jugés modernes et innovants. C’est pourtant dans le domaine du textile technique que la laine fait son grand retour. On la savait isolante contre le froid. On redécouvre qu’elle peut protéger de la chaleur (voir les « cool-wool »), de l’humidité (voir Neulana), du feu (norme non feu classe M2). Elle est naturellement anti-odeur, n’attire pas la poussière et repousse les tâches. Autant dire que son entretien ne nécessite ni lavages fréquents, ni cycles longs (qui risquent de l’abîmer !), ni repassage puisqu’elle est aussi auto-défroissable, et, bien souvent, il suffit de l’aérer pendant 24 heures pour qu’elle retrouve sa fraîcheur : autant de gagné pour l’environnement. Elle est moins résistante que les synthétiques, mais elle se recycle très bien et peut avoir plusieurs vies : de pull fin à pull plus épais, de pull épais à manteau, de manteau à matelas, tapis, feutre ou panneau d’isolation capable d’absorber les COV (composés organiques volatiles), fauteurs de pollution domestique.


Comme rien n’est tout rose au pays du mouton blanc, il faut être attentif à la façon dont les animaux sont traités, et réclamer des laines « mulesing free », mais sans oublier que, pour leur bien-être et même leur survie, les animaux laineux doivent être tondus.

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout